Faits en bref

Posted on

Des faits en bref… En voulez-vous? En voilà! À bien apprendre si vous voulez faire étalage de connaissances lors de vos soirées mondaines! 

  • RJANP compte 1,27 kilomètre carré de zones humides.
  • La grenouille des marais, une espèce susceptible d’être désignée menacée a été identifiée.
  • Des peuplements forestiers rares existent sur le territoire. Par exemple: i) pessière âgée à épinettes rouges à sapins baumiers; ii) frênaie noir à peupliers et à sapins baumiers; iii) cédrière à épinettes rouges et à sapins baumiers âgée.
  • Le ruisseau Jackson fait partie du bassin versant de la rivière à Simon.
  • Ruisseau Jackson, Rivière Hamilton, Jackson Creek, Shadow River: voilà quelques noms que le cours d’eau a déjà porté! 
  • RJANP a gagné un prix d’initiative citoyenne de la part de la Fondation David Suzuki pour une marche nature organisée en mai 2016. 
  • Avec 9,88 km carrés, la municipalité de Morin-Heights représente 49,5% du territoire de RJANP.
  • 25,6% du territoire est dans la municipalité de Mille-Isles et 24,9% dans Saint-Sauveur.
  • En un avant-midi du mois de mai, vous pourriez observer près de 70 espèces d’oiseaux près du coeur géographique de RJANP.
  • La couleuvre verte a été observée dans la région. L’espèce est susceptibles d’être désignée menacée ou vulnérable.
  • En considérant la superficie totale des milieux humides et forestiers dans RJANP, la valeur économique totale des services de purification de l’eau fournis par mère Nature est évaluée à 6,5 millions de dollars par année.
  • 62 propriétés sur le territoire de RJANP ont plus de 10 hectares en superficie.
  • L’utilisation du sol à l’intérieur de la zone d’intérêt est principalement forestière, mais on y retrouve l’équivalent de 58 hectares de plan d’eau.  
  • La majorité des propriétés ont une superficie de moins de 5000 mètres carrés (59,5 %).
  • Le premier soutien de prestige pour le projet vient de Peter Bridgewater, secrétaire général sortant de la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale et secrétaire sortant du Programme de l’UNESCO pour l’homme et la biosphère.
  • Le plus haut point atteint 410 mètres d’élévation… Le point le plus bas est à 225 mètres.
  • Le lac Anne est la source du plus important tributaire du ruisseau Jackson.
  • À partir du lac Seal (un vaste marais), le ruisseau Jackson s’écoule sur une distance de plus de 3 kilomètres avant d’atteindre le lac Écho.
  • La valeur économique des services rendus par la nature pour garantir la qualité de l’eau dans une zone de 3,3 kilomètres entre le lac Seale et le lac Écho est évaluée à environ 238 000 dollars par année! Et encore, on ne considère ici que les 30 mètres en bordure du ruisseau.  
  • Deux lacs “verbalisés” se retrouvent à l’intérieur du bassin versant de RJANP: le lac Écho et le lac Mud.
  • Les peuplements forestiers les plus fréquents sont celui de l’érablière à bouleau jaune, de feuillus à dominance d’érables à sucre, de résineux dominé par le sapin baumier.
  • Le ruisseau Jackson a été identifié comme un cours d’eau favorable pour la tortue des bois, une espèce désignée comme vulnérable au Québec.
  • Environ 55% de l’eau du lac Écho provient du ruisseau Jackson. 
  • Des douze espèces de parulines observées lors d’un inventaire de 2016, deux espèces ressortent comme des espèces rares: la Paruline à calotte noire (Cardellina pusilla) et de la Paruline des ruisseaux (Parkesia noveboracensis).
  • Le millepertuis de Virginie (Triadenum virginicum) observé dans la zone couverte par RJANP est une espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable.